RADIO(S)



Benoît Hamon, seul en scène.
Benoît Hamon, seul en scène. — XAVIER VILA/SIPA

Une prise de parole offensive. Benoît Hamon, a prononcé dimanche à Grenoble un discours à double détente, fustigeant le «repli identitaire» qui ronge l'Europe et s'en prenant aussi avec virulence à EELV, qui refuse une alliance avec son mouvement Générations en vue des européennes.

Clôturant la convention nationale de son mouvement, un an après sa création, l'ancien candidat du PS à la présidentielle a demandé aux quelque 1.500 participants de respecter une minute de silence en mémoire des 34.361 hommes, femmes et enfants morts en tentant de rejoindre l'Europe, selon un décompte du Guardian.

«Françaises, Français, (...) vous êtes le grand peuple de la Révolution et de la Résistance, terre d'accueil des républicains espagnols et des boat-people vietnamiens. N'avez-vous, n'avons-nous pas honte ?», a demandé Hamon, en fustigeant la «défaite intellectuelle et morale (des) élites» face à la question migratoire.

«Nous devons prendre notre part d'hospitalité et d'accueil des migrants»

«Je le dis à ceux qui ont le goût de la panthéonisation des autres, il faut parfois être à la hauteur des hommes et femmes d'Etat qu'on prétend honorer», a-t-il également lancé, dans une allusion à l'hommage rendu dimanche à Simone Veil.

«Osez entendre la vérité : nous devons prendre notre part d'hospitalité et d'accueil des migrants», a asséné l'ancien député PS, en rappelant le faible nombre de réfugiés accueillis par la France au regard de l'Allemagne (environ 40.000 en 2017).

Tout au long d'un discours combatif d'environ une heure, Hamon a lâché ses coups contre le président Emmanuel Macron, dont le le «seul fil rouge» est «l'insupportable mépris des plus faibles, des pauvres, des illettrés, des sans-costards, des +riens+».

Le macronisme est un «racisme social», pour Hamon

Rendant hommage au député ex-PS Régis Juanico, qui a récemment rejoint les rangs de Générations, il a invité au passage les parlementaires à ne pas se rendre à la «convocation» du «monarque» à Versailles pour le Congrès le 9 juillet.

À l'heure où Générations semble chercher un second souffle et apparaît isolé sur la scène politique, Hamon s'est également montré offensif contre ses anciens amis écologistes. «Nous ne croyons pas au repli identitaire et encore moins au repli identitaire sur les petites chapelles et les petits appareils», a-t-il ironisé, alors qu'EELV a rejeté les offres de coalition de Générations pour se prononcer pour des listes autonomes aux européennes de 2019.

«Une liste unie aux européennes placerait l'écologie politique en premier opposant à Macron», a plaidé Hamon, fustigeant «la litanie des stratégies inavouables d'acteurs minuscules pour retarder le moment de cette unité». «Je vous l'annonce, elle se fera, cette unité», a-t-il affirmé.

Pas de réponse à Mélenchon

Plus tôt dans la matinée, le fondateur du REV (Rassemblement des écologistes pour le vivant), Aymeric Caron avait dénoncé à la tribune «l'écologie molle» prônée, selon lui, par EELV, une écologie qui «voit la nature au service de l'Homme» et «fonctionne par quotas».

 Hamon n'a en revanche pas répondu dans son discours à l'offre de Jean-Luc Mélenchon, qui lui avait proposé la veille via Twitter un «dialogue ambitieux». Bras droit de Hamon, le député européen Guillaume Balas avait toutefois rappelé les «divergences» entre La France insoumise et Générations sur l'Europe.e.

Source de l'article : https://www.20minutes.fr/politique/2299819-20180701-honte-benoit-hamon-fustige-repli-identitaire-convention-generations
Partager